À la découverte de l'arrière-pays et de ses ponts couverts - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

À la découverte de l’arrière-pays et de ses ponts couverts

À la découverte de l’arrière-pays et de ses ponts couverts

L’Abitibi-Témiscamingue compte encore quatorze ponts couverts, ceux-ci ont été d’une grande utilité à l’époque de la colonisation. On couvrait les ponts pour les préserver des intempéries. En plus de « ponts de la colonisation », on appelait souvent ces structures « ponts des amoureux » ou « ponts de légendes ».

Le pont couvert du village servait de salle de réunion; on y tenait assemblées et encans. Certains l’utilisaient comme tableau d’affichage tandis que les amoureux voyaient là l’occasion de fuir le regard des curieux.

Parcourez l’arrière-pays et découvrez ces magnifiques joyaux que sont les ponts couverts.


Photo : Benoît Chalifour

Pont 1 – Pont Champagne – Vassan

Construit en 1941, le pont Champagne permet d’enjamber la rivière Vassan. Il a été nommé en l’honneur d’un des premiers défricheurs du secteur, Hervé Champagne. Ce pont présente plusieurs caractéristiques dont, entre autres, les ouvertures latérales inacoutumées, la largeur inhabituelle de la chaussée (5,38 m), le dégagement vertical non standard (4,72 m), le portique à linteau cintré et le larmier à faux cintres.


Photo : Pascal Conner

Pont 2 – Pont Émery-Sicard – Saint-Maurice-de-Dalquier

Situé sur le chemin Rivest, ce pont couvert a été construit en 1946 à la suite de l’incendie qui a complètement détruit le premier pont. Son nom a été attribué en l’honneur d’un résidant qui exploitait une scierie à proximité et qui a préparé le bois servant à sa construction. Il mesure plus de 78 mètres et surplombe la rivière Harricana.


Photo : Pascal Conner

Pont 3 – Pont Alphonse-Normandin – Saint-Dominique-du-Rosaire

Ce pont, construit en 1950, est situé sur le chemin Lavoie Ouest et franchit la rivière Davy. Sa date de construction relativement récente en fait l’un des ponts couverts les plus jeunes au Québec. Il est assemblé à la jonction des poutres à l’aide de quatre clous au lieu des cinq clous habituels.


Photo : Pascale Conner

Pont 4 – Pont de l’Orignal – Rochebeaucourt

Construit en 1942, le pont de l’Orignal est situé à Rochebaucourt. Son nom lui a été attribué en raison de la fréquente présence d’orignaux à cet endroit. Ce pont se distingue par ses portiques. Ceux-ci étaient à l’origine des portiques à linteau cintré (forme d’arc), mais ils ont été modifiés en 2002, en raison des dommages occasionnés par la crue des eaux.


Photo : Pascal Conner

Pont 5 – Pont de l’Arche-de-Noé – Rochebeaucourt

Construit en 1937, ce pont passe par-dessus le ruisseau Tourville sur le chemin des 5e et 6e Rangs. Il tient son appellation du fait qu’il a été entraîné, à quelques reprises, entraîné par la crue printanière. L’une de ses caractéristiques particulières est la faible pente de toit.


Photo : Pascale Conner

Pont 6 – Pont des Chutes – Rochebeaucourt

Construit en 1954, le pont des Chutes est le deuxième plus long pont couvert les plus longs en Abitibi. Il mesure 63,7 mètres de longueur. Le pont des Chutes permet de traverser la rivière Laflamme. Cette structure possède de magnifiques portiques cintrés, caractéristique des ponts couverts qui se fait de plus en plus rare.


Photo : Hugo Lacroix

Pont 7 – Pont Molesworth – Macamic

Le pont Molesworth a été construit en 1930 pour franchir la rivière Loïs, sur le chemin des 2e et 3e Rangs pour franchir la rivière Loïs. « Molesworth » est un ancien nom toponyme de la rivière Loïs. Vers 1950, un pilier central a été ajouté afin d’augmenter la capacité portante du pont. Les ouvertures latérales ont été modifiées et présentent désormais des pointes de flèches à l’ouverture centrale.


Photo : Pascale Conner

Pont 8 – Pont Leclerc – La Sarre

Ce pont, construit en 1927, passe par-dessus la rivière Bouchard. Le nom du pont Leclerc lui a été attribué en l’honneur d’une famille pionnière de La Sarre. La principale caractéristique de ce pont, outre le fait d’être l’un des plus anciens de la région, est l’ajout d’éléments ornementaux aux ouvertures latérales.


Photo : Pascal Conner

Pont 9 – Pont de la Calamité – La Sarre

Construit en 1927, le pont de la Calamité est situé sur le chemin du 8e Rang, à La Sarre. Au début du XXe siècle, un ingénieur travaillant à la construction du chemin de fer transcontinental avait surnommé la rivière Des Méloizes « Calamity » en raison des nombreux obstacles rencontrés en remontant le cours d’eau. Il est au nombre des plus anciens ponts de la région.


Photo : Hugo Lacroix

Pont 10 – Pont Levasseur – Authier-Nord

Construit en 1928 et situé sur le chemin des 8e et 9e Rangs, à Authier-Nord, le pont traverse la rivière Macamic. Son nom lui a été attribué en l’honneur de la famille Levasseur, qui habitait à proximité. Les principales particularités de ce pont sont un toit en pente forte (35 degrés et plus) et des ouvertures latérales en pointes de flèches.


Photo : Hugo Lacroix

Pont 11 – Pont du Petit-Quatre – Clermont

Construit en 1950, ce pont traverse la rivière Des Méloizes. Au fil des années, le pont a arboré plusieurs couleurs; il a été repeint en rouge dans les années 80. Comparativement aux autres ponts du même type, ce pont ne compte qu’une seule rangée de fenêtres. C’est le seul pont de la région à présenter ce type d’ouvertures latérales.


Photo : Mathieu Dupuis

Pont 12 – Pont de l’Île – Clerval

L’île Népawa possède le seul pont couvert au Québec qui relie une île à la terre ferme. Il traverse une passe du lac Abitibi. La construction a débuté en 1945 et s’est terminée en 1946. Les premières familles de l’Île Nepawa étaient originaires des Îles-de-la-Madeleine. Ce pont est localisé dans un secteur à fort potentiel archéologique; des artéfacts y ont en effet été trouvés à proximité.


Photo : Mathieu Dupuis

Pont 13 – Pont Dénommée – Saint-Bruno-de-Guigues

Nommé à la mémoire d’un pionnier, Albert Dénommée, ce pont a été construit en 1933 et il a été allongé de 10 mètres en 1950. Les éléments ornementaux en bordure du toit constituent l’une de ses particularités. De plus, chaque côté du portique, on remarque la présence de larmiers à faux cintres de chaque côté du portique ainsi qu’une pente de toit faible (25 degrés et moins), ce qui est peu fréquent sur les ponts de la région.


Photo : Pascal Conner

Pont 14 – Pont Landry – Latulipe-et-Gaboury

Construit en 1932 et nommé à la mémoire de deux familles Landry, il a été restauré au printemps 2010 pour le centième anniversaire de la municipalité. Des gabarits en acier ont été ajoutés aux portiques de style larmiers à faux cintres. Bien que ce pont soit assez ancien, il a été très peu modifié au cours des années. De couleur foncée au départ, il porte fièrement le blanc depuis les années 70.


 

Sources :

Évaluation patrimoniale des ponts couverts en Abitibi-Témiscamingue et au Nord-Du Québec, ministère des Transports du Québec, février 2009.

Site Web : Les ponts couverts au Québec, Pascal Conner

×