Partager

Plein la vue au Musée minéralogique de Malartic

Par

Fondé en 1972, il y a maintenant 50 ans, le Musée minéralogique n’a cessé d’évoluer à travers les époques. Celles et ceux qui ont déjà fait la route de Rouyn-Noranda vers Val-d’Or conservent assurément dans leur imaginaire l’image du grand panneau qui l’annonce à l’entrée de Malartic. Même en n’y ayant jamais mis les pieds, ils et elles savent qu’on s’y rend en tournant à droite au troisième feu de circulation. Il vaut toutefois la peine d’appliquer concrètement ces recommandations, car c’est une foule d’information, de découvertes et des démonstrations époustouflantes de l’œuvre de la nature qui attendent le visiteur.

Installé à ses tout débuts dans une ancienne église protestante jusqu’à l’érection d’un nouveau bâtiment, en 1979, le musée a continué, à travers les années, de bonifier son offre et d’agrandir ses installations, comme en témoigne Jean Massicotte, directeur de l’endroit depuis 1985. Le dernier développement majeur, en 2008, est d’ailleurs, selon lui, un des moments forts de l’histoire de l’institution, puisqu’on a procédé à l’inauguration d’une salle d’exposition supplémentaire et au déménagement de la bibliothèque municipale dans un édifice communiquant avec le musée : « La salle supplémentaire permet un renouvellement constant avec deux à trois expositions temporaires par année. On assure également au moins chaque cinq ans le renouvellement d’une partie de l’exposition permanente. Bref, on veut toujours apporter des nouveautés au musée pour assurer son développement. » De cette façon, l’institution comble sa mission d’apporter aux gens une meilleur connaissance des minéraux et de l’industrie minière, tout en valorisant la région et ses richesses naturelles.

Une visite instructive

La visite du musée permet une véritable incursion dans l’univers de la géologie et a de quoi plaire à un public de tous âges. D’abord, on se nourrit le cerveau de multiples renseignements sur la géologie régionale, sur ce qui explique sa richesse et ses particularités. Puis, on nous instruit sur les projets miniers régionaux, sur l’histoire récente de la ville de Malartic, l’installation de la Canadian Malartic et les travaux colossaux qu’elle a nécessité, les particularités des minéraux fluorescents, le travail concret d’exploration et d’exploitation minière, etc. Le tout est vulgarisé par les guides afin de permettre aux néophytes une bonne compréhension des phénomènes présentés.

Petits et grands trouveront leur compte dans la visite du musée. Photo: Christian Leduc

Sensations fortes et éblouissement

Parmi les moments marquants de la visite, on compte d’abord le simulateur de séismes, qui permet aux petits et aux grands de vivre la sensation d’un tremblement de terre à différents niveaux et de faire la comparaison avec les sautages quotidiens de la Canadian Malartic (qui semblent tout à coup bien paisibles!).

On reste également sans voix devant la beauté ou la grandeur de certains phénomènes naturels. La vaste sélection de pierres de fées et la collection internationale de minéraux a de quoi en mettre plein la vue. Devant les fins détails des roses des sables ou le mauve vif des améthystes, difficile de douter du pouvoir de la nature. Même chose lorsqu’on se retrouve devant les minéraux fluorescents ou un échantillon de roche parmi les plus vieux trouvés dans le monde. On prend alors conscience de la richesse et de la complexité de ce qui nous entoure.

Une rose des sables.
Crédit: Marie-Claude Robert

 

L’abondance des pierres de fée en Abitibi-Témiscamingue a de quoi impressionner!

Cinquante ans d’histoire

L’exposition temporaire actuelle du musée, quant à elle, porte sur rien de moins que… le musée! En effet, afin de souligner les 50 ans de l’institution, des panneaux d’interprétation relatant ses principales étapes de développement et divers artéfacts témoignant de l’évolution de l’industrie minière sont mis de l’avant. C’est l’occasion de constater l’ampleur du travail effectué depuis les débuts du musée, mais aussi l’évolution des conditions de travail et des méthodes utilisées dans l’industrie minière.

Dans le cadre de cette année anniversaire et toujours dans l’optique d’enrichir son offre, le musée souhaite bonifier les trousses pédagogiques destinées au public scolaire et intégrer une nouvelle carte interactive à son exposition permanente, question de stimuler de nouvelles manières la curiosité du public. Il est également prévu de rendre l’exposition temporaire disponible en format virtuel.

Avant ou après votre visite, n’oubliez pas de passer par le Parc du Belvédère, voisin du musée. Vous pourrez y profiter d’une vue imprenable sur la fosse de la Canadian Malartic, la plus grande mine d’or à ciel ouvert en exploitation au Canada.

Le parc du Belvédère offre une vue unique sur la Canadian Malartic. Photo: Christian Leduc

Bonne visite!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×