Partager

Bon Enfant (en pick-up) sur les routes en l’Abitibi-Témiscamingue

Par

Du lundi 27 au mercredi 29 juin, l’Abitibi-Témiscamingue a été le territoire d’accueil du groupe Bon Enfant, qui s’est produit à trois reprises dans trois villes différentes pour une tournée orchestrée par Au pays des pick-up et ses divers partenaires. Cette tournée abitibienne marquait pour le groupe le début d’une longue route de deux semaines à travers la province : « Ça a bien été, ça a bien ouvert le bal! », exprime Daphné Brissette, chanteuse et membre fondatrice du groupe, au lendemain de la dernière représentation.

La tournée a commencé au Parc Lions d’Amos, où s’était réunie une petite foule de tous âges.      

ÉCHANGE ET PROXIMITÉ

Dans le cadre de la formule préconisée cette année par Au pays des pick-up, le groupe s’est produit dans des lieux qu’on pourrait qualifier d’atypiques, inattendus. Outre le Cabaret de la dernière chance (qui a pris la place du parc de Cléricy en raison de risques d’orages (maudite météo pas fiable!)), ce sont le Parc Lions d’Amos et le Parc BMX de Val-Senneville qui se sont transformés en scènes éphémères, le temps d’une soirée de bonne vivance et de réjouissances sur fond de rock queb franco aux inspirations late seventies.

Bon Enfant a mis le feu aux planches (et à la p’tite gravelle), comme en témoigne cet habile cliché.

Selon Daphné, ce type de disposition ihnabituelle peut susciter un brin d’insécurité, puisque contrairement aux spectacles programmés dans les festivals, où l’on attend généralement un public de mélomanes et de fans déjà conquis, il est plus difficile de savoir à quoi s’attendre dans un contexte comme celui-ci, où les gens viennent parfois simplement en passant par là, poussés par la curiosité. « Beaucoup de gens découvrent le band aussi… Mais ça c’est une bonne affaire! » Elle souligne toutefois une proximité particulière avec le public, une connexion plus facile à établir lors de prestations dans des régions plus éloignées, une réalité qui s’est fait sentir dans les derniers jours, entre autres à Val-d’Or : « Il faisait beau, il y avait une sorte d’ambiance de fête au village où tout le monde se connaît, amène ses enfants… C’était vraiment le fun! »

Si les citoyen.nes de la région se comptent chanceux de recevoir chez eux des musiciens de partout dans la province, Daphné souligne que cette reconnaissance est réciproque : « Nous, on se sent privilégiés de jouer aussi loin. C’est le fun d’avoir accès à partout au Québec, de pouvoir aller dans ces endroits-là pour vivre de notre musique. C’est vraiment un échange », insiste-t-elle.

LE VENT DANS LES VOILES

Bon Enfant est actuellement le projet principal de Daphné Brissette (Canailles) et Guillaume Chiassion (Ponctuation), auquel se sont ajoutés Étienne Côté (Canailles, Lumière), Mélissa Fortin (Canailles) et Alex Burger (lui-même), qui développent également leurs projets musicaux respectifs, ce qui, selon Daphné, ne fait qu’enrichir le groupe en permettant à chacun de s’épanouir entièrement et d’apporter son propre bagage créatif.

Guillaume Chiasson et Daphné Brissette

Alors que la formation a lancé son premier album juste avant le Grand Confinement de 2020 (ça mérite des majuscules, non?) et a profité de la pause obligée par la pandémie pour composer le deuxième, le véritable retour à la scène était attendu depuis longtemps. Le passage abitibien marque ainsi le début heureux d’une première vraie longue tournée pour le band, qui ne peut que se réjouir de la tournure des événements : « Ça fait juste grossir. Entre nous, ça se passe super bien, on travaille vraiment fort pour que ce soit agréable, qu’on ait tout le temps envie de continuer. C’est un feu que t’alimentes tout le temps. La réaction du public est là, on est vraiment choyés, le public est réceptif et on a juste pas le choix de continuer d’en donner plus », affirme Daphné. La création d’un troisième album commence d’ailleurs à germer tranquillement.

À la question : « Est-ce qu’on va vous revoir? », Daphné répond avec enthousiasme : « Je l’espère, c’est dans les plans! C’est sûr que si on peut revenir en Abitibi, on va saisir l’occasion! » Notez ça là, le monde des festivals!

PRÉPARE-TOI POUR LA SUITE!

Au pays des pick-up poursuivra sa propagation de bonheur musical dès la mi-juillet avec le suave Ramon Chicharron et ses irrésistibles rythmes latins. Du 13 au 16 juillet, à La Sarre, Val-d’Or, Laverlochère (Bidoune pour les reals) et Cloutier, préparez-vous à offrir le meilleur du déhanchement décomplexé.

Photos: Jeanne Perrin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×