Plonger au coeur de l'histoire de la région en visitant le Fort Témiscamingue - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

Plonger au coeur de l’histoire de la région en visitant le Fort Témiscamingue

Par

La fin de semaine passée, j’ai profité du beau temps dans les magnifiques paysages du Témiscamingue. Après deux jours à camper dans le Parc national d’Opémican, je reprends la route vers Rouyn-Noranda le lundi, en fin de matinée. Sur le chemin du retour, à environ 45 minutes du parc, je vois un panneau indiquant le « Fort Témiscamingue« . Sans trop d’hésitation, je le suis. Je n’étais pas préparée à y découvrir autant de belles choses!

 

Arrivée au Fort Témiscamingue

C’est une belle journée chaude d’été, j’arrive à l’entrée du Lieu historique national du Fort-Témiscamingue sans réellement savoir où je mets les pieds. On m’en a déjà beaucoup parlé. Je ne m’attendais cependant pas à y découvrir une histoire si riche dans un décor aussi splendide. L’une des employées, habillée en habits d’époque, m’accueille chaleureusement dès mon arrivée. Elle me donne des explications sur l’histoire, l’endroit et ce que je vais y découvrir en faisant la visite. C’est vendu, je prends mon billet pour rentrer sur le site du Fort Témiscamingue!

Dès l’entrée, je suis réellement impressionnée par les remparts qui entourent le fort. Une fois ceux-ci passés, je me retrouve sur la pointe du fort, au bord du lac Témiscamingue. La rive ontarienne se trouve juste en face. Le soleil brille, les quelques nuages présents rendent la lumière sur la plaine encore plus belle.

Dalle de pierre avec la date 1720 à l'entrée du site du Fort-Témiscamingue en Abitibi-Témiscamingue.

Début de la visite et rencontre avec Emma, jeune Anicinabek de Timiskaming First Nation

La première chose que l’on voit en débutant la visite est une énorme rose des vents en pierre, symbole universel du voyage, où est inscrite la date de 1720. C’est l’année où fut fondé le Fort Témiscamingue par les Français. Pour l’histoire, un autre poste de traite l’avait précédé en 1679, érigé à une vingtaine de kilomètres en aval. C’est en 1795 que le fort est devenu la propriété de la Compagnie du Nord-Ouest. Elle fut ensuite acquise par la Compagnie de la Baie d’Hudson en 1821. Les activités du Fort Témiscamingue se poursuivirent jusqu’en 1902. Je trouve ces dates plutôt impressionnante vu le jeune âge de la région de l’Abitibi-Témiscamingue!

Sac en peau de chevreuil fabriqué par les Anicinabe en Abitibi-Témiscamingue. Sac médicinal où les herbes magiques pour la prière se trouvent à l'intérieur.

Je me dirige ensuite vers un hangar où se trouve Emma, une jeune Anicinabek de Timiskaming First Nation, qui est occupée à confectionner des petits sacs médicinaux. Elle m’explique qu’elle travaille avec de la peau de chevreuil et que les couleurs des perles représentent toutes les nations sur la terre. Elle me fait ensuite sentir le mélange des herbes sacrées qu’elle glisse dans ces petites bourses.

Il s’agit d’herbe douce, de sauge, de cèdre et de tabac. Ces herbes sont utilisées pour les prières. Lorsque l’on se rassemble autour du feu, on dit sa prière en tenant les herbes en main et on les jette ensuite dans le feu. Sa présence nous rappelle la grande importance des populations Anicinabek dans la traite de fourrure à l’époque. Ce sont eux qui amenaient les fourrures aux Européens en échange de métaux, de couvertures, de nourriture, de fusils… Autour du hangar à canots, on en apprend plus sur la fabrication des canots, eux-aussi fabriqués par les Anicinabek (ou les Métis) selon les techniques transmises par leurs ancêtres.

 

 

 

Hangar à canots du Lieu Historique du Fort-Témiscamingue en Abitibi-Témiscamingue.

Deux canots en exposition à l'entrée du Fort Témiscamingue en Abitibi-Témiscamingue.

Canot en construction selon les techniques ancestrales anicinabek au Fort Témiscamingue en Abitibi-Témiscamingue.

 

Découverte des vestiges des bâtiments historiques

La personne à l’accueil m’avait prévenue, il ne reste pas grand chose des bâtiments de l’époque, seules quelques imposantes cheminées ont survécu (et c’est déjà pas mal impressionnant!). Cependant, des reconstitutions ont été réalisées afin que les visiteurs se rendent mieux compte de quoi le Fort Témiscamingue avait l’air il y a plus de 150 ans. Je me balade de bâtiments en bâtiments, les statues représentants les personnages qui vivaient sur les lieux sont plus vraies que nature, j’ai presque peur de les déranger.

Tipi qui se trouve dans le Fort Témiscamingue en Abitibi-Témiscamingue

Je passe ainsi du tipi, au rendez-vous des voyageurs sur les bords du lac Témiscamingue, au magasin, à la maison du chef de poste, à la glacière (garde-manger), à la maison du commis ou encore à la menuiserie et à la forge. J’en apprends toujours plus sur l’histoire de ce lieu hors du commun situé dans un cadre enchanteur.

Tipi et structure du tipi en train d'être monté sur le site du Fort-Témiscamingue en Abitibi-Témiscamingue.

Les canots en train d'être chargés de fourrures sur le bord du lac Témiscamingue lors de notre visite du Fort-Témiscamingue, en Abitibi-Témiscamingue.

Reproduction d'une scène de chargement de fourrures dans les canots sur les bords du lac Témiscamingue, au Fort Témiscamingue, en Abitibi-Témiscamingue.

Reproduction d'une scène de chargement de fourrures dans les canots sur les bords du lac Témiscamingue, au Fort Témiscamingue, en Abitibi-Témiscamingue.

Reproduction d'une scène à l'ancien magasin du Fort-Témiscamingue entre une Anicinabe et un Anglais.

Vue depuis l'ancienne maison du chef de poste du Fort Témiscamingue.

Vue depuis l'ancienne maison du chef de poste du Fort Témiscamingue.

Vue depuis la forge du Fort-Témiscamingue.

 

La légende de la forêt enchantée du Fort Témiscamingue

La visite se poursuit tranquillement. Je me dirige vers la forêt, aussi appelée la forêt enchantée, qui se trouve un peu en hauteur par rapport aux bâtiments. Quelques mètres sur le sentier suffisent à me faire comprendre pourquoi cette petite forêt a reçu ce nom. Les arbres, des cèdres âgés d’environ 130 ans, sont irréguliers. Ils se tordent dans des positions qui font danser la lumière entre leurs épines. C’est magique!

Plusieurs légendes entourent cette forêt et tentent d’expliquer la forme si particulière de ces arbres (sans parler de l’atmosphère étrange qui y règne…). On peut y lire que ce sont les esprits et les sépultures de l’ancien cimetière catholique, dont on retrouve des traces quelques mètres plus haut dans la forêt, qui y exercent une influence… On y raconte aussi qu’une flûte enchantée fît danser les arbres jusqu’à les tordre… L’explication la plus plausible est celle d’une tempête de verglas qui a frappé la pointe du Fort Témiscamingue quand les cèdres étaient encore jeunes et qui les a marqués à tout jamais.

Forêt enchantée du Fort Témiscamingue.

Forêt enchantée du Fort Témiscamingue.

 

En apprendre plus sur l’histoire du Fort Témiscamingue

Après la belle balade et visite extérieure, il est possible d’en apprendre encore plus sur l’histoire du Fort Témiscamingue et ses activités commerciales. L’une des employées me rejoint pour répondre à mes questions et me donner des explications complémentaires. Elle me montre un gros ballot emballé de tissus qui se trouve sur le sol. J’apprends qu’il s’agit d’une réplique de la taille des paquets de fourrures que portaient les hommes chargés du transport. Un seul ballot pesait 90 livres et ils en portaient chacun jusqu’à trois à la fois.

Elle me dirige ensuite vers une carte interactive du Canada. Cette carte me permet de visualiser le chemin emprunté par la Compagnie de la Baie d’Hudson. Ils quittaient l’Angleterre pour arriver jusqu’au Fort Témiscamingue et redescendre ensuite vers Ottawa et Montréal. La carte met aussi l’accent sur la forte concurrence qui existait entre les Français et les Anglais dans le commerce de fourrure à travers tout le pays.

 

En allant visiter le Fort Témiscamingue, je n’avais aucune attente particulière. Je ne m’attendais cependant pas à arriver dans un si bel endroit chargé d’une histoire si riche. La visite extérieure et la découverte du fonctionnement du fort grâce aux reconstitutions des bâtiments est très intéressante. La visite permet aussi de passer un agréable moment au bord du lac Témiscamingue (on a même accès à une petite plage!). En bref, une belle visite, une belle découverte, une belle activité à faire en famille lors de votre prochaine visite au Témiscamingue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×