Nathalie Grenier - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

Nathalie Grenier

Par

« Tant qu’à être passionné, autant l’être chez soi », c’est comme ça que Nathalie Grenier, directrice du Festival des Guitares du Monde en Abitibi-Témiscamingue, vit sa région passionnément.

 

Un début de carrière dans les grands centres

De prime abord, le parcours professionnel de Nathalie Grenier pourrait sembler classique. Celui d’une fille de région qui souhaite aller étudier dans une grande ville pour ensuite y faire carrière. Il manque cependant une donnée à l’équation, soit l’amour profond qu’elle porte à sa région, l’Abitibi-Témiscamingue. Après un passage en Outaouais et à Québec, c’est à Montréal qu’elle aura l’opportunité de découvrir le milieu événementiel. Elle y travaillera pendant 3 ans pour les plus grands festivals de la métropole (Festival de jazz, les Francofolies et Montréal en lumières).

 

Son rêve, revenir en Abitibi-Témiscamingue

« J’ai décidé de revenir en région parce que j’ai toujours eu le souhait de fonder ma famille chez moi, ici. Je ne me voyais pas élever mes enfants à Montréal », se souvient Nathalie. Une belle opportunité s’est présentée pour elle à Rouyn-Noranda : « j’ai pris le poste de coordination au Festival des Guitares du Monde en 2014. Il y a bientôt 2 ans, j’ai changé de poste et je suis devenue la première directrice du festival. En fait, j’assure la direction et la coordination. Ce n’est pas juste le titre qui a changé, je maîtrise plus l’événement et mon investissement est aussi plus grand ».

 

Le Festival des Guitares du Monde en Abitibi-Témiscamingue, une histoire de gens d’ici

Cette année aura lieu la 15e édition du festival. Un festival de grande envergure en Abitibi-Témiscamingue, dont Nathalie est très fière de faire partie : « la fierté que l’on a de cet événement-là est vraiment de proposer des spectacles qui ne se produiraient pas, ou peu, en région ».

Le travail, la gentillesse et la passion de Nathalie ont été récompensés en novembre 2018 lors des Prix excellence tourisme :

« Cette année, mon équipe a envoyé ma candidature à mon insu pour le prix de l’initiative en ressources humaines – employée de l’année. Ce prix était destiné à récompenser une personne et non pas un organisme et c’est moi qui l’ai remporté au national. Ça a permis au festival de se démarquer et de nous faire connaître encore plus. J’ai toujours eu la chance d’avoir leur soutien, leur appui et leur reconnaissance, mais de le nommer, de le souligner en gras, comme ça, c’est assez incroyable. Ce qui est le plus touchant, c’est que, pour la plupart, c’est une équipe de bénévoles. Je pense que c’est vraiment une caractéristique forte ici, on est tous reconnus pour être chaleureux. C’est beau que l’on puisse le reconnaître au national et mettre l’emphase sur ce qui nous démarque ! ».

 

« Le bénévolat et le don de soi font partie de mes plus belles découvertes dans la vie »

Bien que Nathalie trouve que « c’est un peu gênant d’être mise de l’avant », ça reste « incroyable d’avoir toute son équipe qui se mobilise comme ça ». Elle est réellement touchée de voir la façon dont les gens s’investissent sans compter afin d’offrir un beau festival aux mélomanes et de le faire grandir chaque année. « C’est le fun aussi pour la région ! Ça montre qu’on se démarque au niveau de l’accueil et du service à la clientèle pour tous nos événements ».

 

Quelle chance de vivre en Abitibi-Témiscamingue !

Nathalie l’a appris et le clame haut et fort : « on est chanceux de vivre ici ! On a une qualité de vie incroyable » ! Vivre dans une région aussi belle, riche par sa nature et sa culture n’a pas de prix. Comme elle le dit, « on ne manque de rien en Abitibi-Témiscamingue et toute la culture est tellement forte qu’on n’a rien à envier à ce qu’il se passe dans les grands centres. Je pense que l’on se crée ce dont on a besoin et on le fait bien ! On est vraiment créatifs, c’est le fun ! C’est le fun de faire partie de ça, de contribuer à ça ! ».

 

Un territoire immense et tant à découvrir

Nathalie voit sa région comme une ressource inépuisable de découvertes, et aussi comme une « terre fertile à la créativité ». C’est une région qui gagne à être connue de tous et « chacun devrait être un ambassadeur de chez lui », affirme-t-elle. Dès qu’elle en a l’occasion, Nathalie parle de sa région avec beaucoup de fierté et d’amour. Une vraie ambassadrice de l’Abitibi-Témiscamingue !

Nathalie Grenier se tient sur la passerelle du Parc national d'Aiguebelle en Abitibi-Témiscamingue.

Sur la passerelle du Parc national d’Aiguebelle

 

Ses coups de cœur dans la région :
  • Le Parc national d’Aiguebelle et sa passerelle, pour son effet de grandeur, la bouffée d’air frais, « la passerelle me marque toujours, à chaque fois ».
  • La terrasse de la Bannik, avec vue sur le Lac Témiscamingue, où elle a eu « le même sentiment de l’effet de grandeur, où [elle s’est] sentie minuscule dans cette grandeur-là ».
  • Le Saint-Honoré, à Rouyn-Noranda, car « c’est un bel endroit lumineux ».

 

Son artiste coup de cœur de la région :

Richard Desjardins, pour son authenticité. Et en plus, il fera partie de la prochaine programmation du Festival (il en sera à sa 3e visite) !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×