France Lemire, experte dans l'art d'explorer - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

France Lemire, experte dans l’art d’explorer

Par 

« Ici, on a beaucoup de lacs et de rivières qui sont interconnectés les uns les autres. C’est assez unique ça, parce qu’on peut se promener sur les cours d’eau, sur les voies navigables comme les premières nations se promenaient à l’époque, du Nord au Sud, d’Est en Ouest. Y’a tellement de possibilités! En plus, y’a des endroits magnifiques, des chutes extraordinaires auxquelles on ne peut pas avoir accès par véhicule, donc pratiquement juste en canot.

On a encore des grandes superficies de forêts où on ne retrouve personne, seulement quelques camps de chasse, mais pas de maisons. Et dans le sud, au Témiscamingue, avec les Zecs, c’est des immenses secteurs qui sont complètement vierges, avec des grands arbres matures. On se sent tout seul au monde, on a l’impression d’ouvrir la voie. Et ça, c’est rare parce que dans plusieurs endroits au Québec, on croise quand même beaucoup de monde en nature, sur les rivières et dans les sentiers pédestres. Moi, j’aime partir, m’enfoncer dans la forêt pour aller camper. Avec une bonne bouffe et un feu de camp, sous les étoiles, sans aucune pollution lumineuse, je me sens totalement en liberté. C’est des petits moments d’éternité qui nous aident à vivre dans le moment présent.

On vit aussi sur un territoire relativement plat, mais avec la chance d’avoir plusieurs collines où on retrouve des sentiers pédestres qui nous permettent de monter, donc de s’élever au-dessus du territoire pour voir loin, tellement loin qu’on a l’impression de voir la courbure de la terre. En plus, si on a la chance d’arriver au coucher de soleil, on risque de rester un long moment bouche bée devant cette grande beauté.

Pour le plein air en Abitibi-Témiscamingue, on a deux incontournables : le Parc national d’Aiguebelle et le Parc national d’Opémican. Les failles du lac La haie, à Aiguebelle, c’est complètement hallucinant. C’est des paysages aux reliefs étroits, où on se sent comme une petite fourmi dans l’univers. Et à Opémican, avec les falaises du Lac Témiscamingue et les grands pins qui nous saluent au passage. Je n’ai même pas le goût d’aller faire du plein air ailleurs encore parce que j’en ai tellement encore à explorer ici. Je crois que je n’aurai pas assez d’une vie!

Et il y a tellement d’activités et de lieux à découvrir dans la région. La Boutique de l’Atelier, par exemple, où l’on peut rencontrer deux artistes colorés et talentueux. Le Pow-Wow de Pikogan, pour les épatantes prestations des danseurs et la possibilité de participer avec eux à la célébration de la culture anicinabe. Ou encore le Café Elkoza, à Macamic, pour son ambiance chaleureuse et sa vue sur le lac! »

Voir les activités Trouver un camping

Découvrez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×