Mes rêves de moto - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

Mes rêves de moto

Par

L’été 2017 est ma plus belle saison de moto à vie. Un aboutissement à une quête, les réponses à une tonne de question, une sérénité, un calme et surtout la découverte d’une mission claire.

Je suis parfois inconfortable avec des trucs que je fais. Je ressens cette situation de malaise, un genre de pas bien en dedans. Je saisis cette sensation, qui est une opportunité à mon avis, car elle me permet de déceler ce qui ne va pas.

Il y 5 ou 6 ans, quand je ridais mon bike, je me sentais comme ça ; inconfortable avec moi-même mais pourquoi ? Réponse : j’avais perdu le plaisir de conduire une moto. – Ben voyons donc, c’est impossible !!! Mais pourtant vrai. Je tournais en rond (dans les deux sens du terme). Le quotidien a fait son œuvre, j’ai laissé à la routine toute la place à prendre sur mon bike. Sournoisement, elle tasse tes rêves et prends la place toute chaude encore, non toute froide car il y avait déjà quelques années que mes rêves s’étaient éteints.

 

Inciter les filles à la moto – gracieuseté.

Quels étaient mes rêves de ti-cul avant d’avoir une moto ?

  1. Ma plus grande inspiration : Steve McQueen dans La Grande Évasion (lien). Un long voyage solo à la dure avec un vieux bike.
  2. Ok, ensuite… Faire un film de moto (lien)
  3. Ok, ensuite… Modifier des motos.
  4. Ok, ensuite… Avoir plusieurs motos de différents modèles (j’en ai une dizaine maintenant)
  5. Ok, ensuite… Partagez ma passion avec d’autres dans différents événements comme :
    • La Brocante Moto (lien)
    • Les Salons de moto
    • Oneland Mag (lien)
  6. Ok, ensuite… Donner le goût à mes enfants de faire de la moto (1re saison pour eux en 2018)
  7. Ok, ensuite… Euh… Ah oui! Organiser moi-même des événements moto (RDV au Café-moto-social!);
  8. Ok, ensuite… Encourager les filles à posséder leurs propres motos et promouvoir la culture moto (lien) et ainsi de suite.

 

Bref, j’ai réalisé quelques-uns de mes rêves… (et ce n’est pas terminé)
Résultat : je suis littéralement retombé en amour avec la moto, sa communauté et sa culture.

Faire de la moto c’est pas juste de rider sur les routes, c’est aimer la vie et en profiter. Elles ont tellement à offrir!

Marc Provencher

L’été 2017 m’a permis de rencontrer des gens d’exception : la gang de Filles de moto – Photo : gracieuseté.

Un commentaire

  1. Ann Tremblay dit :

    Faire de la moto c’est rouler sur les routes, les chemins de gravier, les chantiers forestiers, les trails serrées.

    C’est redécouvrir notre région. Ses coins les plus reculés. Ceux où on irait pas en voiture.

    C’est créer des liens forts avec des gens qu’on aurait jamais rencontrés sans cette passion.

    C’est être complètement branché sur le moment présent.

    C’est l’évasion totale!

    En plus, quand tous les membres de la famille partagent cette même passion, ça renforce encore plus les liens. Ça crée des souvenirs communs.

    Ça fait plus de 30 ans que je roule et j’espère rouler encore longtemps. Il me reste tellement de choses à découvrir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×