Olivier Thibodeau - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

Olivier Thibodeau

Par

« Je suis la pire personne à qui dire : « t’es pas game« . Je fais tout parce que je ne veux rien manquer… je veux être sûr de tout voir, de tout vivre. » – Olivier Thibodeau.

Né à Granby en Montérégie, Olivier Thibodeau a toujours possédé une curiosité hors norme ainsi qu’une grande ouverture aux autres. Enfant, il aimait essayer tous les sports et être bien entouré. À 18 ans, il choisit de quitter sa ville natale pour entreprendre des études post-secondaires en Estrie. En 2007, il entreprend un Baccalauréat en Enseignement au Secondaire à l’Université de Sherbrooke. C’est alors qu’il fait la connaissance de sa conjointe Fanny. Cette rencontre sera des plus déterminantes, puisqu’à partir de 2010, il l’accompagnera tous les étés dans la région pour occuper des emplois étudiants à la Ville de Rouyn-Noranda. En 2012, son expérience lui permet d’obtenir un poste de Coordonnateur en loisirs permettant au jeune couple de s’établir dans la région : « Ça va bientôt faire 8 ans qu’on est ensemble… C’est elle qui m’a amené ici, qui m’a fait découvrir le domaine du loisir. » Aujourd’hui, l’expertise d’Olivier en animation l’a également amené à devenir maître formateur du diplôme d’aptitudes aux fonctions d’animateur en Abitibi-Témiscamingue.

Olivier Thibodeau

Olivier Thibodeau – Photo : Louis Jalbert

Foncièrement curieux de nature, les diverses implications ont amené Olivier à connaître beaucoup de personnes. Ayant déjà visité dans les Rocheuses à trois reprises, le jeune homme a notamment mis à profit sa passion pour le ski en s’engageant comme patrouilleur pour le Centre plein air Kanasuta. En 2015, Olivier a été invité à participer à la programmation d’un des plus gros festivals de la région : Osisko en lumière; c’était alors le début d’une grande aventure…

Pour Olivier, c’était un beau concours de circonstance : « J’étais déjà sur le conseil d’administration de la corporation des fêtes pour tout le monde […] j’étais flatté qu’on reconnaisse ma passion de la musique et mes compétences en événementiel, mais je ne connaissais encore rien de ce milieu. J’étais comme un festivalier qui avait gagné le golden ticket pour programmer le festival de ses rêves. » Cette année-là, le comité a pris un fort risque programmant le groupe Billy Talent à Rouyn-Noranda : « The rest is history, ajoute Olivier. D’ailleurs, suite au succès de la soirée punk-rock, je me souviens avoir dit à la blague: « L’an prochain, ça va être The Offspring! » On riait tous de bon cœur, jusqu’à ce qu’on reçoive la confirmation. »

Maintenant, l’approche est très structurée, on commence plus d’un an avant chaque édition à explorer les possibilités pour tenter de trouver un match parfait entre qui nous souhaitons avoir et qui est disponible et intéressé. J’ai très hâte au futur », confie Olivier, qui est désormais membre des comités de la programmation, du marketing et des médias sociaux.

D’aussi loin qu’il se rappelle, Olivier a toujours été un amateur de musique : « Mes parents adorent la musique. J’ai tellement de souvenirs de mon enfance avec mon père ou avec ma mère qui sont associés à des chansons […] Quand j’étais jeune, j’aimais vraiment tapocher sur des casseroles à la maison, avec des crayons ou des jouets à la garderie; je voulais être drummer », témoigne le jeune homme, qui n’a jamais vraiment pu porter son rêve plus loin. Sa passion pour les festivals, elle lui vient en partie du Vans Warped Tour (qui fera d’ailleurs sa dernière tournée cette année) quand il était ado: « J’ai toujours adoré le feeling, l’impression de vivre quelque chose de spécial, d’unique, l’impression d’être ailleurs. On oublie tout et on fait juste écouter de la musique dans une ambiance électrisante avec des milliers d’autres personnes. C’est grisant! », explique Olivier.

La musique et les festivals ne sont que des passions parmi tant d’autres. Son intérêt pour les sports et son entêtement en général l’a amené à se dépasser. C’est d’ailleurs à cause d’une blessure au ultimate qu’Olivier a entrepris de s’entrainer pour prendre part à son premier triathlon : « Durant ma réhabilitation de mon opération au genou, j’écoutais de la musique motivante et je me suis fixé comme objectif de faire un triathlon un jour. Je n’avais pas nagé depuis mes 13 ans et mon médecin me disait que je n’arriverais probablement jamais à courir sur de longues distances. Me voilà 4 ans plus tard, 50 livres en moins, 8 triathlons à mon actif, bien plus mobile et en forme que je ne l’aie jamais été. »

Olivier Thibodeau

Olivier en pleine action – Crédit photo : Louis Jalbert

Depuis deux ans, Olivier s’entraîne toute l’année pour prendre part à trois ou quatre triathlons de nature sprint ou olympique à chaque été. Il pratique aussi le ultimate frisbee, sport en pleine expansion : « Du ultimate : j’en mange. Je joue dans la ligue de Rouyn-Noranda depuis 4 ans à titre récréatif, en plus de pratiquer à chaque semaine avec une équipe compétitive sénior qui participe à des tournois sur le circuit québécois. », ajoute-t-il. La ligue d’Olivier a d’ailleurs été reconnue comme Association de l’année québécoise par la Fédération québécoise d’ultimate notamment pour son membership élevé. L’engouement pour ce sport est fort en Abitibi-Témiscamingue.

Parce qu’il est un être curieux mais aussi hyper déterminé (à l’image des fondateurs de la région), Olivier Thibodeau fait fièrement partie des Gens de l’Abitibi-Témiscamingue et nous sommes heureux de pouvoir le compter parmi nous pour dynamiser notre milieu et faire briller l’un de plus grands festivals de la région!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×