Jean-Frédéric St-Pierre - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

Jean-Frédéric St-Pierre

Par

« Je suis une personne à intérêts multiples! » Jean-Frédéric St-Pierre.

Si vous connaissez Jean-Frédéric, vous n’êtes sûrement pas étonné, car sa grande curiosité et son ouverture d’esprit font de lui un être fasciné par la découverte de la nouveauté. « J’aime ça apprendre des nouvelles choses, dit-il. Par exemple, je ne connaissais absolument rien à la cuisine et tout ça, mais il y avait un atelier sur les champignons comestibles. On s’est inscrit, mes amis et moi, même si au départ, on n’avait aucun intérêt dans ce domaine-là. On teste des nouvelles choses, en fait, et on aime bien ça! »

Passionné par son travail, et plus particulièrement par tout ce qui touche le droit de la personne, dans lequel il se spécialise, c’est surtout l’idée d’aider les gens qui a guidé le jeune notaire dans son choix de carrière. « Quand je suis rentré au bacc en droit, j’ai vu ce qu’était la job d’avocat et celle de notaire et j’ai pensé que celle de notaire concordait plus avec ce que j’étais et ce que je voulais faire. J’ai toujours voulu aider les gens, en fait. C’est pour ça que j’ai choisi la branche notaire. Initialement, je voulais devenir avocat, aide-juridique, mais le volet prévention me tentait plus que le volet règlement de conflits. »

Jean-Frédéric St-Pierre

Crédit photo : Marie-claude Robert

En marge de son travail, c’est la musique qui prend le plus de place dans la vie de Jean-Frédéric. Alors qu’il était aux études à l’Université de Sherbrooke, le temps lui manquait pour pratiquer cette deuxième passion. Dès son retour dans sa ville natale, Val-d’Or, il s’est aussitôt inscrit à des cours de piano. « J’avais déjà suivi des cours de guitare et de batterie, sans vraiment pousser plus loin, confie-t-il. Depuis que je suis revenu, j’ai commencé le piano, un instrument que je n’avais jamais vraiment touché avant. Mais quand je joue avec des amis, c’est plus de la guitare.  C’est souvent très simple, rien de bien prenant. C’est plus un social aussi que d’autre chose. On n’est pas encore rendu à l’étape de faire des spectacles, dit-il en riant. On n’a même pas de groupe, ça dépend de qui est présent. »

Au moment où il poursuivait ses études à Sherbrooke, la région commençait à se développer pas mal au niveau de l’offre de festivals et de spectacles. Un développement qui, s’il n’a pas carrément contribué à attirer de nouveau Jean-Frédéric en région, fait du moins partie de son bien-être actuel. « Quand je suis parti, y’avait pas grand-chose. Je revenais les étés et je voyais un peu ce qui se développait et c’était bien trippant. Le FRIMAT, le FME et même le Festival Classique de l’Abitibi-Témiscamingue. C’est plus niché, mais je suis content aussi qu’on ait accès à ça. Et même au niveau des spectacles qui sont disponibles en région, on a quand même un large éventail. Même au niveau théâtre, c’est quand même assez surprenant ce qu’on peut avoir en région. C’est le fun aussi de voir que ça se développe et que les gens sont intéressés. Étonnamment, même si on pense que c’est vraiment niché, on arrive là et la salle est pleine. »

Entre son travail et ses soirées musicales, Jean-Frédéric trouve également le temps de s’impliquer dans la vie communautaire et sociale : « J’aime bien ça et je suis assez éclectique aussi dans mes implications à l’extérieur, donc ça me permet aussi de découvrir de nouvelles choses en même temps. Quand j’étais plus jeune, j’ai eu recours à beaucoup d’organismes dans lesquels les gens étaient bénévoles et je me suis toujours dit que quand j’en aurais la possibilité, je redonnerais à la communauté. »

En plus de faire partie des administrateurs du Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue, à titre de responsable des opérations, il vient tout juste de rejoindre le Comité des nouveaux arrivants, un organisme qui semble susceptible de créer chez lui une nouvelle passion. « C’est vraiment un beau mandat, affirme-t-il. Je trouve que ce qu’ils font c’est vraiment très pertinent, surtout ces temps-ci. Je trouvais ça le fun de m’impliquer et c’est quelque chose qui se développe très bien. Ils sont en train de grossir et sont très bien organisés aussi. C’est surprenant à quel point ils ont de belles activités! »

Son grand intérêt pour la nouveauté, sa soif d’apprendre et sa volonté d’aider les autres prouvent bien que Jean-Frédéric St-Pierre est un Gens de l’Abitibi-Témiscamingue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×