Martin Héroux - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

Martin Héroux

Par

« Quand je pense à la région, je pense à une terre poétique qui ne cesse de me nourrir à ce jour. Je suis si fier d’appartenir à cette terre! » – Martin Héroux.

Martin Héroux habite Sainte-Anne-des-Lacs dans les Laurentides. Il revient par ailleurs souvent visiter ses proches durant les vacances. Bien que son métier de comédien exige qu’il demeure à proximité des grands centres, il reste très attaché à son coin de pays.

« Je suis né et j’ai vécu au Témiscamingue pendant 17 ans. J’y suis repassé de 2004 à 2008. Ce pays est profondément inscrit en moi et dans l’ADN de mes enfants. », explique M. Héroux que nous avons rencontré à l’occasion de la tournée de la Ligue nationale d’improvisation (LNI), qui était de passage dans la région en janvier dernier. La troupe s’est d’ailleurs arrêtée dans sa ville natale Ville-Marie, avant de visiter La Sarre, Amos, Val-d’Or puis Rouyn-Noranda.

Martin Héroux

Martin Héroux – Photo gracieuseté

Diplômé de l’Option-Théâtre du collège Lionel-Groulx de Ste-Thérèse est aujourd’hui un comédien bien connu du milieu artistique québécois, tant à la télévision qu’au théâtre.

Dès la fin de ses études en 1994, Martin Héroux cofondait Les enfants de Bacchus, avec qui il eut l’occasion de jouer Arlequin, serviteur de deux maîtres de Goldoni, mise en scène par Serge Denoncourt. Il a fait partie du Théâtre de la Crique de Ville-Marie pendant 10 ans avant de fonder le Théâtre du Tandem avec Odette Caron et Jean-Guy Côté en 1997. Il s’est ensuite fait connaître dans Les fourberies de Scapin au Théâtre Denise-Pelletier, rôle qui lui a valu le Prix du public 1999. Depuis, il a participé à de nombreuses productions, dont La coopérative du cochon du Théâtre de l’Opsis, présentée au Théâtre Prospero et en tournée de Commedia, ainsi que On ne badine pas avec l’amour de Musset au Théâtre Denise-Pelletier. Martin a pris part à plusieurs éditions (dont la plus récente) de Revue et corrigée, une revue de l’année présentée à tous les hivers au Théâtre du Rideau Vert depuis maintenant 7 ans.

À la télé, nous l’avons découvert à travers ses rôles dans 4 et demi, Improvissimo, Bouledogue Bazar, La tête de l’emploi, Ayoye! (nomination au Gala des Prix Gémeaux), Les Boys, Smile TV et même Les beaux malaises. Il a fait partie de l’équipe de comédiens maison de la populaire émission Dieu Merci! et 1,2,3… Géant! (nomination au Gala des Prix Gémeaux, Monsieur Ding Dong). L’artiste fut le visage de l’Abitibi-Témiscamingue des campagnes estivales 2012 et 2013 (visionner les vidéos). Finalement, nous avons également pu le voir au cinéma dans Une jeune fille à la fenêtre et Mémoires affectives.

Martin vient tout juste de faire ses adieux à l’équipe de L’auberge du chien noir, téléroman dans lequel il interprétait le rôle de Gaspard. Dès ce printemps, nous pourrons le voir interpréter le rôle du Père Finnegan dans l’adaptation théâtrale du film Harold et Maude de 1971 présenté au Théâtre Jean-Duceppe à Montréal.

Parce qu’il est un digne représentant du Témiscamingue et de l’ensemble de la région, mais aussi parce qu’il est toujours solidement connecté à ses racines, Martin Héroux fait partie intégrante des Gens de l’Abitibi-Témiscamingue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×