Vanessa Limage - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

Vanessa Limage

Par

« Face à un défi, il y a toujours cette petite voix dans ma tête (mais hyper insistante!) qui me répète, comme un mantra : « Allez Van, saute! » » – Vanessa Limage.

Le saut en parachute de Vanessa Limage

Le saut en parachute de Vanessa

Elle continue : « Une nouvelle opportunité d’emploi? Allez hop! M’initier à un nouveau sport? Pourquoi pas ?! Partir en voiture vers une destination inconnue? Let’s go! »

Vanessa ne garde aucun regret en ce qui a trait à sa façon d’aborder la vie et semble déterminée à continuer ainsi : « Jusqu’à maintenant, ça m’a servi plus que nuit. Si parfois, j’ai été déçue, ébranlée après m’être lancée, en général, mes expériences m’ont surtout fait grandir. Si parfois, j’ai échoué en amour, en amitié, au travail… Au final, ça m’a surtout permis de connaître mes limites. On panse ses plaies, on avance… Et surtout, on recommence! » Ce principe, Vanessa l’applique depuis qu’elle est enfant.

Vanessa Limage

Vanessa Limage – Photo gracieuseté

Du plus loin qu’elle se souvienne, Vanessa a toujours eu un grand amour des mots. Plus jeune, elle jouait avec un micro en plastique et une radio… En plus de tenir un journal intime (c’est toujours le cas d’ailleurs!)

Voilà qui explique son aisance au niveau académique. C’est probablement pourquoi elle reçut les mentions « Grande distinction » et « Palmarès du Doyen » à l’obtention de son diplôme en arts, lettres et communications du collègue Jean-de-Brébeuf et de son baccalauréat en sciences politiques de l’Université de Montréal (UdeM), respectivement.

Pendant ses études, Vanessa ne chôme pas! Entre les camps de jour de la Ville de Montréal et le magasin Simons, pas de temps à perdre. En 2008, elle entreprend un certificat en journalisme à l’UdeM et cumule les stages et expériences dans son domaine, tant pour la presse écrite que pour la radio et la télé : Radio-Canada et TVA.

Son plus grand saut dans la vie, Vanessa l’a fait il y a 7 ans (déjà). En 2010, elle quittait sa Montréal natale pour entreprendre un contrat de 9 mois à titre de chroniqueuse culturelle pour ICI Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue : « Sans famille (comme Rémi!), sans repères, sans filet, j’arrivais dans la région par la grande porte de Val-d’Or. C’était un BEAU risque. J’ai rencontré une communauté travaillante, reconnaissante, fière, créative… Les gens d’ici t’accueillent avec les bras grands ouverts. », raconte Vanessa. Il n’y a pas à dire… Elle s’est taillé une jolie place dans sa communauté. À un tel point qu’on ne se surprend pas de la voir un peu partout, aux 4 coins de la région.

Même si son congé maternité la tient plutôt occupée en ce moment, Vanessa Limage ne perd pas de vue l’actualité et continue d’apprécier la vitalité culturelle de l’Abitibi-Témiscamingue. Dans ses temps libres, elle lit, écrit, dessine et photographie ce qui l’entoure. Quand elle n’est pas près de sa petite famille, elle s’implique dans son milieu en participant à des événements communautaires et artistiques. D’aussi loin qu’on s’en souvienne, Vanessa a toujours fait partie du paysage culturel de la région, et c’est pourquoi on est fiers de dire qu’elle fait partie des Gens de l’Abitibi-Témiscamingue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×