Karine Brochu - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

Karine Brochu

Par

« Si la vie est une parade, aussi bien l’organiser ou en faire partie que la regarder passer! » — Karine Brochu.

Karine Brochu - Crédit photo : Marie-Claude Robert

Karine Brochu – Crédit photo : Marie-Claude Robert

Karine Brochu est née le 30 octobre 1985 à St-Jean-sur-Richelieu. Elle a vécu la majeure partie de sa vie à Sherbrooke. En 2006, elle obtient un diplôme d’études collégiales en musique puis une AEC en développement communautaire et relations interculturelles. C’est à l’âge de 20 ans qu’elle quitte Sherbrooke dans le but d’acquérir un BAC en adaptation scolaire à l’Université de Montréal.

C’est en 2010 que Karine fait un premier court séjour (6 mois) en Abitibi-Témiscamingue. Ne sachant pas si elle veut rester, elle quitte le pays pour voyager en Uruguay (principalement), puis en Argentine et au Brésil.

« J’étais bien partout, mais je n’étais nulle part chez moi. Une fille sans racine. »

À son retour en 2011, Karine choisit de s’établir à Val-d’Or, en Abitibi-Témiscamingue : « J’adore Sherbrooke, mais ce n’est plus chez moi! raconte-t-elle. Montréal, c’est trippant, mais je me sens invisible. » Déterminée à s’accrocher les pieds quelque part pour un temps, Karine décide de s’inscrire au DESS en administration scolaire à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

« C’est la meilleure décision de ma vie! C’est ici chez nous. Je suis toujours une voyageuse qui rêve de découvrir le monde, mais chaque fois que j’entre dans le parc de La Vérendrye, je me dis : “Maudit qu’on est bien en Abitibi-Témiscamingue!” »

Pour Karine, l’implication fait partie de son mode de vie : « Donner du temps à une organisation ou une cause, c’est l’investissement le plus rentable qui soit! Ça demande bien moins que ça apporte, explique-t-elle. Ici, en plus, j’ai l’impression que ça fait vraiment une différence! »

Karine s’implique au sein du Forum jeunesse (FJAT) depuis bientôt 3 ans. Elle apprécie chaque minute investie puisqu’elle a le sentiment de faire bouger les choses. Elle sera là tant et aussi longtemps qu’on aura besoin d’elle.

Karine aime la pêche - Crédit photo : Mathieu Prévost

Karine aime la pêche – Crédit photo : Mathieu Prévost

Mélomane, elle dit avoir une trame sonore pour toute sa vie. Au moins deux fois par année, elle vit pleinement sa passion pour la musique : à l’occasion du Festival de la relève indépendante musicale en Abitibi-Témiscamingue (FRIMAT), dont elle est administratrice, et au Festival de musique émergente (FME) lors duquel Rouyn-Noranda se transforme en petit Montréal le temps d’un week-end.

En dehors de la musique, Karine s’est aussi découvert une passion pour la pêche. Elle aime aussi beaucoup la cuisine, le jardinage. Elle possède deux jardins en plus de cultiver une parcelle au jardin communautaire. Pour pallier à son envie de bouger, Karine pratique le Pilates ou le yoga presque tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×