5 mythes sur l’Abitibi-Témiscamingue - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

5 mythes sur l’Abitibi-Témiscamingue

Par

Mais qu’est-ce que tu t’en vas faire en Abitibi-Témiscamingue???? Quand je disais à mon entourage que j’y allais pour un roadtrip, j’ai répondu à cette question 100 fois. Pour moi c’était évident : visiter la région pardi! J’étais certaine que j’allais y trouver un beau trésor caché, sous-estimé par le reste du Québec. J’ai été bien servie! Alors pour vous convaincre d’y aller aussi, j’ai décidé de déconstruire 5 mythes sur l’Abitibi-Témiscamingue.

C’est loin!

C’est sûr que Val-d’Or, la ville la plus proche de Montréal, est à un peu plus de 500 km. Pourtant, on n’hésite pas à faire la même distance pour aller dans le Bas-St-Laurent, au Lac-Saint-Jean ou à New York. Traverser la réserve faunique de La Vérendrye (« le parc »), c’est à peine plus long qu’un trajet Montréal-Québec. Avec une pause lunch au Mont-Laurier (allez dire bonjour à mon amie Claudine à la Micro du Lièvre), vous ne verrez même pas le temps passer. En plus, la route dans le parc est tout simplement magnifique, entre les grandes épinettes et les nombreux (très nombreux) lacs. Je pense que ce mythe vient du fait que la région s’est développée à une époque pas si lointaine où on roulait encore en calèches. La légende perdure alors qu’on a des routes asphaltées et des machines à essence.

La route de l'Abitibi-Témiscamingue

Crédit photo : Scouich

Les moustiques mangent les hommes

Ici je ne peux pas vous mentir : il y a beaucoup de moustiques. Mais vous vous attendez à quoi d’une région boisée!? Honnêtement, ce n’est pas pire qu’ailleurs au Québec.

Photo : Scouich

Crédit photo : Scouich

En tout cas, notre arrêt au parc national d’Aiguebelle n’a pas nécessité de chapeau moustiquaire comme ça m’est arrivé sur la Côte-Nord. Les mouches à chevreuil ne briseront pas votre pare-brise, je vous le promets. Sortez votre chasse-moustique, vos pantalons à pattes longues et allez profiter de l’air pur.

Besoin de suggestions?

 

Y’a rien à voir, y’a rien à faire

La légende dit qu’il y a un festival toutes les semaines à Rouyn-Noranda. Lors de notre roadtrip, il y avait le Festival des guitares du monde à Rouyn-Noranda et Pikogan préparait son Pow-Wow. Je ne vous parle même pas du FME, du réputé Festival du cinéma international, du Festival des langues sales et ainsi de suite. La liste des musées, des activités de plein air, des restos, des microbrasseries pourraient faire rougir bien d’autres régions. Chaque fois que nous quittions un endroit, on se disait qu’on allait devoir revenir. C’est plate hein!?

Photos : Scouich

La bouffe en Abitibi-Témiscamingue – Crédit photo : Scouich

Les mines ont détruit le paysage

Ici non plus je ne vous mentirai pas : elles sont là, bien présentes. Elles ont façonné toute la région. Elles ont eu un impact écologique et en ont encore un. Ça peut surprendre de voir ces grosses cheminées à Rouyn-Noranda en fond de paysage du magnifique lac Osisko qui abrite des oiseaux rares. J’ai même entendu un huard en plein centre-ville! Ça peut aussi choquer de voir les énormes trous et les amas de roches en plein cœur de Val-d’Or. Mais au Musée minéralogique de l’Abitibi-Témiscamingue, on m’a expliqué comment les mines ont maintenant le souci de réduire le bruit, la poussière et de récupérer les résidus laissés dans le traitement des minerais. Je ne leur donnerais pas le Bon Dieu sans confession, mais tout ça a remis mes propres préjugés à leur place. Et sur la route, vous verrez ces superbes vallons agricoles suivis tout à coup de paysages de toundra. C’est magnifique!

Photo : Scouich

Crédit photo : Scouich

Il fait froid!

À nos premiers jours, je peux vous jurer qu’il ne faisait pas froid. Je regrettais même ma petite robe soleil. On cherchait l’ombre et la crème solaire. Il est vrai par contre qu’il n’est pas rare de voir de la neige avant l’Halloween. Mais pour ce qui est des mois d’été, vous n’avez pas à vous inquiéter. Vous pourrez profiter des lacs et des rivières et compter sur la brise pour vous rafraîchir.

Pis toi, quand est-ce que tu viens vérifier les mythes?

Photo : Scouich

Crédit photo : Scouich

Scouich, blogueuse.

Lisez-moi : www.scouich.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×