Maison d'accueil - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, la plupart des établissements et activités sont de nouveau accessibles, et ce, en toute sécurité. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite et prenez connaissance du Serment des voyageurs. Bon séjour!

Partager

Maison d’accueil

Par

La Réserve faunique La Vérendrye, comme une grande porte d’entrée. Un long seuil jalonné de lacs que nous franchissons pour entrer dans ce qui va devenir – pour une semaine du moins – notre maison.

Val-d’Or, notre première destination, devient notre comité d’accueil. C’est ici que nous nous posons, déposons nos bagages et nous reposons. En une nuit, nous oublions d’où nous venons.

Hôtel Continental Centre-ville SouffleAT 2016

Mon équipe et moi devant l’Hôtel Continental Centre-ville

À Kitcisakik, la maison d’Annie-Angèle. La maison où nous entendons le silence. Le vrai. La génératrice ne fonctionne pas et seule la voix de l’aînée nous parvient. Les sonorités algonquiennes et la fumée de cigarette se mélangent, emplissent l’espace, colorent les murs de contre-plaqué. Son fils est là. Il écoute les histoires de sa mère et les enregistre pour ses enfants. Nous devenons les témoins de la transmission. Nous comprenons comme jamais le sens des mots « tradition orale ».

À Malartic, la maison de Jean-Louis, Cécile et Sherry-Lynn. La maison où nous creusons les souvenirs à ciel ouvert. Les photos de famille circulent entre nos mains tandis que Jean-Louis raconte la mine, la ville, la vie. Jean-Louis et Malartic ont le même âge, évoluent côte à côte depuis 77 ans. Dans la maison qui l’a vu grandir, il a élevé ses enfants et deux de ses petits-enfants. C’est la maison-depuis-toujours, la maison remplie d’histoires, la maison qui témoigne de tout le passé d’une ville.

mine-canadian-malartic-2016

L’impressionnante fosse de la Mine Canadian Malartic, que nous avons visité.

À Rouyn-Noranda, la maison Dumulon. La maison où nous nous réunissons et partageons un repas, du vin, des rires. La maison qui a déjà été bureau de poste reprend du service au rythme des paroles échangées, des écrits lus à voix haute, des confidences murmurées. Nous nous envoyons des lettres en direct et les dévorons aussitôt.

magasin-general-dumulon-2016

Le Magasin général Dumulon

Et à Rouyn-Noranda encore, le Centre d’exposition. La maison de l’écriture, de la rencontre, des retrouvailles. C’est là que nous établissons notre atelier de création. Et le soir venu, c’est là que nous revoyons les visages de Jean-Louis, Cécile et Sherry-Lynn. Le bâton de parole circule d’une main à l’autre, traverse les maisons que nous avons visitées et les émotions qui nous ont habités.

Puis, nous revenons sur nos pas, franchissons de nouveau le seuil, recroisons les lacs, quittons notre maison d’adoption. Mais nous savons que là, dans cette immense maison qu’est la région, il y aura toujours une chambre d’ami prête à nous accueillir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×