Protégeons nos lacs et rivières des espèces exotiques envahissantes - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, la plupart des établissements et activités sont de nouveau accessibles, et ce, en toute sécurité. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite et prenez connaissance du Serment des voyageurs. Bon séjour!

Partager

Protégeons nos lacs et rivières des espèces exotiques envahissantes

Par

Récemment, nous avons appris que le cladocère épineux, une menace pour nos espèces de pêche sportive, puisqu’il bouffe le zooplancton dont se nourrissent les poissons, se trouvait déjà dans le lac Nipisssing, donc tout près du lac Kipawa, et également, dans le Larder Lake, lac collé sur l’Abitibi et dont les eaux coulent dans le lac Témiscamingue. On parle aussi de la puce d’eau à hameçon, une autre espèce indésirable, qui frapperait à nos portes.

Photo : Mathieu Dupuis

Photo : Mathieu Dupuis

Actuellement, contrairement à ceux plus au sud, peu de nos lacs sont affectés par les espèces exotiques envahissantes (EEE), seul le myriophylle à épis a été répertorié dans certains lacs de Rouyn-Noranda.

Pour prévenir l’introduction d’organismes indésirables dans nos plans d’eau, l’organisme du bassin versant du Témiscamingue (OBVT) a expérimenté à l’été 2015 une première station de lavage de bateaux. Ce projet se poursuivra au Témiscamingue au cours de la présente saison de pêche et une autre station de lavage sera vraisemblablement implantée cet été dans le secteur de Rouyn-Noranda.

Deux stations de lavage pour couvrir tout le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, c’est peu. Aussi, à défaut d’avoir une station de lavage à proximité des plans d’eau où ils souhaitent se rendre cet été, à l’instar du MDDELCC et du Conseil régional en Environnement, nous incitons tous les amateurs de pêche et de sports nautiques à mettre en place des pratiques simples et efficaces pour préserver nos lacs des envahisseurs indésirables que sont les EEE. Il en va de la santé même de nos populations de pêche sportives et de l’esthétisme de nos lacs et rivières.

Abitibi-Témiscamingue, Québec, Canada

Photo : Mathieu Dupuis

Conseil le plus important : assurez- vous de vidanger l’eau de toutes les parties de votre embarcation loin du plan d’eau où vous mettrez à l’eau, faites une bonne inspection de l’embarcation, de la remorque, du moteur et de votre matériel de pêche, afin de déloger tout fragment de plantes ou d’organismes qui auraient pu s’y attacher et jetez-les dans un bac à ordures ou loin du plan d’eau.

Sur ce, une bonne saison de pêche et un bel été!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×