Mon été 2015, partie 1 - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, la plupart des établissements et activités sont de nouveau accessibles, et ce, en toute sécurité. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite et prenez connaissance du Serment des voyageurs. Bon séjour!

Partager

Mon été 2015, partie 1

Par

Comme plusieurs Abitibiens, j’ai vécu l’exil montréalais pendant quelques années. Avec bonheur. J’aime beaucoup cette ville et même davantage. La principale raison est que 50 % de mon réseau est installé là-bas. En contrepartie, mon attachement à ma région natale est assez sérieusement encastré. Souvent, je me dis que ma vie serait plus simple si j’étais née à St-Lambert ou si Val-d’Or était située à Mont-Laurier. Mais, en même temps, non. C’est cet éloignement qui nous a façonnés, qui anime cette attitude du résistant qu’on ressent chez ceux et celles qui ont décidé d’élire l’Abitibi-Témiscamingue comme milieu de vie et d’y contribuer. J’ai toujours pensé que cette attitude est le secret de la typicité de nos événements ici. En effet, pour être maintenus, ils ont besoin d’une énorme dose d’amour ainsi qu’une vigoureuse implication de la communauté et ça se ressent. C’est manifeste.

Cet été, pour la première fois depuis longtemps, je n’ai pas mis les pieds à Montréal et je dois dire que ce fût une saison mémorable! J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs festivals du territoire et chaque fois, j’ai pris le temps d’observer les façons de faire de chaque organisation et réfléchir à ce qui les distingue, ce qui fait leur force.

JUIN

Au début de l’été, on m’a demandé de siéger sur le jury du Concours de la relève du Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue. Je fréquente ce festival populaire depuis de nombreuses années et cette implication représentait pour moi une belle opportunité de le revisiter sous un autre jour. Avec le recul, je me rends compte que je portais un préjugé envers le festival : je me disais que ça roulait tout seul; C’est facile, l’humour! En fait, c’est que le Festival d’humour A L’AIR de rouler tout seul parce qu’il est piloté par un comité organisateur senior! C’est une équipe très stable (certains sont là depuis la fondation), professionnelle, positive et tissée serrée. J’ai bien compris que c’est grâce aux efforts de ces solides bénévoles que l’événement a réussi à s’imposer au niveau national et même à devenir une référence en ce qui concerne la relève humoristique. Même si le Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue a développé au fil des ans une formule éprouvée, il continue de prendre continuellement des risques; Par exemple, cette année, il a choisi de présenter un premier spectacle anglophone (depuis, je n’ai qu’un seul fantasme en tête : y voir un stand-up de Louis C.K.!)

Moi avec mes deux collègues du jury du Concours de la relève

Moi avec mes deux collègues du jury du Concours de la relève, Dany Drouin et Marie Jet-Set.

JUILLET

En juillet, c’était le 11e Festival de la Relève Indépendante Musicale en Abitibi-Témiscamingue (FRIMAT). C’était mon 11e FRIMAT. Je voue un amour inconditionnel à ce festival que j’ai vu grandir. J’y assiste depuis toujours pour deux choses : les découvertes et le plaisir. Chaque année, les audacieuses propositions musicales sont abondantes et au moins un artiste se révèle à moi (En 2015, vous ai-je dit que c’est PONI qui a foudroyé mon cœur?). Un journaliste extérieur me faisait remarquer qu’au FRIMAT, contrairement aux autres festivals du genre, il n’y a pas de spectacles en simultané, ce qui permet de tout voir. Ceci fait également en sorte que les festivaliers restent toujours groupés et que la fête prend tout le temps, et ce, même dans l’autobus qui les guide vers la fin de soirée! D’ailleurs, je me refuse généralement d’utiliser le qualificatif « épique », mais je pense que dans ce cas-ci, c’est le mot juste. Les fins de soirées du FRIMAT sont toujours épiques! Il faut y goûter pour comprendre, mais pour vous donner une idée je dirais simplement : masque de R2-D2, hot-dogs et Mitsou. Tirez vos propres conclusions.

FRIMAT 2015

Dans l’autobus du FRIMAT 2015. Crédit : Marie-Claude Robert.

(Lire la suite…)

3 commentaires

  1. Réjean Lavoie dit :

    Lors de ma dernière escapade à la forêt récréative de Val-d’Or, j’ai eu la chance de tomber sur 2 membres de l’organisation du FRIMAT, en plein bois! Drôle de coïncidence! Toujours est-il que j’ai été agréablement surpris par l’ouverture et la gentillesse des 2 personnes que j’ai rencontrées… Sans doute à l’image du Festival lui-même… Je comprends maintenant que t’en ait fait partie. Vous me semblez tous très aimables et généreux.

  2. Mathieu Proulx dit :

    1) J’ai chaud juste à regarder la photo. (J’pense que j’avais chaud pour vrai.)
    2) Dommage que les photos ne donnent pas le son parce que c’était fou raide. On a genre chanté. on jase de toi de Noir Silence (Désolé, pour cette demande spéciale obscure.)
    3) Je ne me souviens pas tant de ce qu’on a fait ce soir-là concrètement. Ça doit être à cause que la FÉE-AT était après et qu’il y aussi eu le FME pour nous plonger dans une sorte d’hystérie culturelle. Ouin, c’est vrai qui s’en passe des choses en Abitibi-Témiscamingue.

    🙂

  3. Mélanie dit :

    Hé Geneviève, je suis très heureuse d’être atterrie sur ton blogue. Ta plume légère flotte sur l’écran. Je ne t’ai pas lu, j’ai vécu des bouts d’été avec toi. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×