Si vous ne venez pas en Abitibi-Témiscamingue... elle viendra à vous… en canot! - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

Si vous ne venez pas en Abitibi-Témiscamingue… elle viendra à vous… en canot!

Par

À l’époque de la colonisation, on l’a fait dans un sens. On va le faire dans l’autre! On est blood de même nous autres! Je dis « NOUS »…

Enfin, « NOUS »… Nos dignes représentants : cinq têtes brûlées adeptes de canot à glace iront représenter la région à l’extérieur. Le pire, c’est qu’ils le feront sur une base volontaire. Le « NOUS » est partant pour les encourager de loin, le corps bien au chaud, les extrémités au sec, avec une bière à la main.

Vendredi dernier, je suis allé faire un tour à Val-d’Or pour faire connaissance avec Christophe Cornellier, Louis-Philippe Gélinas, Justin Roy, Maxime Laflamme et Cédric de Marneffe de l’Équipe de canot à glace Abitibi Le Prospecteur. C’était dans le cadre d’une activité de financement. L’équipe amasse des fonds pour représenter la région dans le cadre du Circuit québécois de canot à glace. Ils en seront tous à leurs premières compétitions. Tous, sauf Christophe qui a déjà fait partie d’équipes de catégories Sport et Élite à Québec.

Une grosse organisation

Au-delà du défi physique imposé par ce sport extrême, il y a toute la dynamique organisationnelle. Chacun des membres dispose d’un rôle distinct à l’intérieur et à l’extérieur du canot :

  • Cédric est barreur et spécialiste logistique
  • Christophe est avant tribord et capitaine
  • Louis-Philippe est arrière tribord et responsable des communications
  • Justin est avant bâbord et responsable des entraînements
  • Maxime est arrière bâbord et responsable des équipements

Les membres de l’équipe (de gauche à droite)

Équipe de canot Abitibi Le Prospecteur

Photo gracieuseté

Du monde motivé

En tant qu’instigateur du projet, Christophe a recruté les membres de son équipe sur des critères de condition physique, de compétitivité, mais aussi sur base de motivation.

Pour lui, le fait d’être originaire de l’Abitibi-Témiscamingue est un avantage en soi : « Quand j’étais à Québec, les gars trouvaient ça compliqué d’aller à Montréal pour faire une course », tandis qu’avec les cinq membres de son équipe actuelle, c’est différent : « Faire huit heures de route pour se rendre à Québec traverser une rivière, on voit ça comme une occasion de forger des liens! », explique le capitaine.

…Et débrouillard

Même s’il ne se fait pas d’idées sur la portée de leurs performances pour cette première année, Christophe est optimiste : « Ce que j’aime c’est la mentalité des Abitibiens. Ici, il n’y a jamais de problème. Y a juste des solutions. […] Je pense que ça vient du fait que le monde d’ici travaille sur des projets pas possibles. Le monde est extrêmement débrouillard, c’est incroyable! »

On se reconnaît dans ces gars-là!

NOUS, Témiscabitibiens sommes motivés et débrouillards, c’est un fait. Étant né au Lac-Saint-Jean, je peux clairement affirmer que je ne serais pas devenu le gars que je suis aujourd’hui si ma famille n’avait pas fait le choix de migrer vers l’Abitibi-Témiscamingue étant très jeune.

Cette même motivation, nous l’avions en 2003, lorsqu’avec mon frère, nous avions entrepris de faire du rallye automobile au niveau national. J’en parlais avec Brian Kiczak à la microbrasserie le soir même. Il a suivi nos nobles exploits de l’époque où, pendant un court moment – et avec notre voiture de « seconde main » (Pontiac Sunbird GT 1992) – nous rivalisions avec les meilleures équipes du championnat dont le budget dépassait les 30 000 $ par saison. Mon frère Michaël a toujours été un pilote extraordinaire.

Rallye Défi 2006

Crédit photo : Jean Sebastien Lessard

À cette époque, la débrouillardise portait un nom dans notre équipe : Marco Pépin. En 2006, nous avions pris part au Rallye Défi de Sainte-Agathe-des-Monts et avions brisé une pièce maîtresse de la voiture : une « table » alias le bras inférieur de suspension. Cette pièce, qui tient la roue (léger détail), avait déchiré. Marco l’avait alors réparé avec une chaîne et de la broche. Tout le monde était mystifié! Quelques minutes plus tard, nous reprenions la course que nous pensions terminée et roulions à 130 km sur le gravier! #têtesbrûlées

Je peux donc seconder : « Ici, il n’y a jamais de problème. Y a juste des solutions. »

Tout ça pour dire que j’ai vu une forte ressemblance entre le projet des gars de Val-d’Or et le nôtre. Ils se sont donnés pour défi d’accomplir un grand projet. Ces gars-là sont comme vous et moi (en plus entraînés).

En s’exportant ailleurs, ils comptent faire briller la région. Voilà une honnête cause! Et qui sait, peut-être lanceront-ils une nouvelle discipline sportive ici en Abitibi-Témiscamingue…

Équipe de canot Abitibi Le Prospecteur

Les membres de l’équipe posant avec Philippe Lord de la Microbrasserie Le Prospecteur (commanditaire)

Armée d’un canot de seconde main, d’une bonne dose de courage et d’ambition, l’Équipe de canot à glace Abitibi Le Prospecteur se lancera à la conquête des eaux et des glaces du Québec.

Dès 2015, les gars testeront leur habileté sur la banquise de Portneuf le 24 janvier prochain. Puis, ils prendront d’assaut la compétition du Carnaval de Québec le 8 février, celle de L’Île-aux-Coudres le 14 février et seront Montréal le 21 février 2015 pour le Défi canot à glace. Retenez ces dates! Certaines courses seront couvertes à la télé sur les chaînes sportives.

D’ici là, pourquoi ne pas suivre les développements sur leur page Facebook!?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×