Le conclave, Marc Ouellet et l’Abitibi-Témiscamingue - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

Le conclave, Marc Ouellet et l’Abitibi-Témiscamingue

Par

Nos recherches démontrent qu’entre 100 000 et 200 000 personnes visitent, chaque année, le village natal des papes Jean-Paul II et Benoit XVI. Toutes les raisons sont bonnes pour s’arrêter à Wadowice en Pologne ou à Marktl en Allemagne, mais la principale demeure religieuse. Si le cardinal Marc Ouellet devient le prochain pape, les pèlerins qui passeront chez lui, à La Motte, s’intéresseront certainement à ces sites du patrimoine religieux de l’Abitibi-Témiscamingue.

Cathédrale d’Amos

En 1922, monseigneur Dudemaine, premier curé de la paroisse et premier prêtre desservant toute l’Abitibi, ainsi que l’architecte montréalais Beaugrand-Champagne unissent leurs efforts et érigent l’église Sainte-Thérèse-d’Avila. En 1939, elle deviendra cathédrale. Monseigneur Desmarais est alors le premier évêque du jeune diocèse d’Amos. Unique en Amérique du Nord, cette structure de style romano-byzantin est une véritable oeuvre d’art avec ses mosaïques, son marbre d’Italie et ses verrières françaises.

benoit_chalifour

Photo: Benoît Chalifour

Sanctuaire Notre-Dame-de-la-Confiance à Palmarolle

Chaque année, de plus en plus de gens visitent ce site regroupant trois chapelles de tailles différentes. Des trois, c’est la chapelle de taille moyenne qui attire le plus de gens pour son charme et la paix qui s’en dégage. Pour vous donner une idée quant à la dimension des trois bâtiments, signalons que la plus grande peut accueillir de 30 à 40 visiteurs. On doit la fondation de la plus petite chapelle, en 1957, à madame Flora Bégin Lapointe.

Palmarolle

Église de Rapide-Danseur

De style baroque, cette église fut construite en 1942 en pierre des champs. Elle est aujourd’hui désignée site historique. On présente au sous-sol une exposition estivale de tableaux d’artistes régionaux ainsi que la collection d’antiquités de monsieur Édouard Miljours, inspecteur de colonisation dans les années 1930. Lors de la période estivale, un café Internet sans fil est disponible sur les lieux du site.

Rapide-Danseur

Grotte Notre-Dame-de-Lourdes à Ville-Marie

Située à l’extrémité est de la rue Notre-Dame-de-Lourdes, cette grotte fut aménagée en 1904 à l’image de celle de Notre-Dame-de-Lourdes en France. Elle est reconnue régionalement comme lieu de pèlerinage et, à la mi-août de chaque année, près de 700 pèlerins s’y donnent rendez-vous pour participer à des célébrations. Du haut du belvédère, une vue spectaculaire de la ville et du lac Témiscamingue s’offre à vous. À quelques pas, un sentier d’interprétation vous donne l’occasion d’apprécier la flore témiscamienne et de pique-niquer sur un site enchanteur.

grotte_vm

Maison du Frère-Moffet à Ville-Marie

Venez découvrir une des plus grandes légendes du Témiscamingue : le frère Moffet! Des guides vous raconteront les débuts du Témiscamingue comme nouvelle terre de colonisation. Grâce à l’obstination du frère Moffet qui ose défier son supérieur, la région crée les bases de sa vocation agricole. En visitant la première maison de la ville que le frère a lui-même construite en 1881, vous comprendrez qu’il était… tout un personnage! Ce monument historique est la plus ancienne demeure encore existante de l’Abitibi-Témiscamingue. En 2009, elle reçoit le titre de lauréat régional Attractions 100 000 visiteurs et moins aux Grands Prix du tourisme québécois.

maison_frere_moffet

Musée de Guérin

La ruralité québécoise des années 1940 et 1950 se révèle avec charme et authenticité au Musée de Guérin. Sur le site enchanteur d’une ferme paroissiale, laissez-vous imprégner par la vie religieuse et agricole d’autrefois. Deux expositions permanentes présentées dans quatre bâtiments (église, presbytère, maison du cultivateur, grange) et sur un vaste espace agricole sauront combler votre regard sur une époque pas si lointaine. Exposition temporaire : « Souvenirs d’un grand voyageur ». Faites le tour du monde avec Mgr. Albert Pelletier, curé fondateur de Rouyn-Noranda.

Photo: Benoît Chalifour

Le Vieux Presbytère de St-Urbain de Rémigny

En 1938, les pionniers de Rémigny ont construit le presbytère à côté du futur site de leur église, Saint-Urbain de Rémigny. En 2000, le presbytère a été vendu et transformé en gîte. Le bâtiment rénové a retrouvé sa grâce et son charme d’antan, tout en présentant une touche de modernisme. En 2003, un centre de santé et un spa intérieur ont été ajoutés. En 2010, en l’honneur du travail des pionniers du village ainsi que du 75e anniversaire de Rémigny, les propriétaires l’ont renommé « Le Vieux Presbytère de St-Urbain de Rémigny ». En 2011, un restaurant a été ajouté. Le gîte expose également les oeuvres d’artistes locaux.

Église de Rémigny

Cette église bâtie dans les années 1940 grâce au travail bénévole des paroissiens de Rémigny témoigne de la persévérance des gens à l’époque de la colonisation. Construite en pierre de taille dans le style Dom Bellot, c’est-à-dire sans aucune colonne à l’intérieur, on y dénombre trois autels consacrés, un fait unique en Abitibi-Témiscamingue. Outre la visite des lieux, on vous propose un film dans lequel des pionniers relatent la construction de l’église tout en racontant la fondation de leur village.

Remigny

Église orthodoxe russe de Val-d’Or

Érigée en septembre 1954, l’Église orthodoxe russe est la première du genre à voir le jour en Abitibi-Témiscamingue. Vous y retrouverez sur place deux panneaux d’interprétation permettant de graver dans la mémoire collective la présence de la communauté russe à Val-d’Or et son implication dans le développement de la municipalité.

egliseorthodoxe

Église orthodoxe russe de Rouyn-Noranda

Offrez-vous une expérience enrichissante grâce à une visite guidée de ce site historique commémoratif bâti en 1955 et dont l’architecture détonne dans le paysage urbain. Vous découvrirez avec émotion l’héritage fabuleux d’une autre époque et les rites de la religion orthodoxe russe. Le Centre d’interprétation sur les immigrants situé au sous-sol nous fait découvrir comment Rouyn-Noranda s’est enrichie de la contribution d’immigrants provenant surtout d’Europe. Un document historique vidéo de 12 minutes présente ceux et celles qui ont bâti l’histoire de la ville et qui ont contribué à en enrichir la vie économique, culturelle et sociale.

MathieuDupuis_orthodoxe_rn

Photo: Mathieu Dupuis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×