La course aux festivals en Abitibi-Témiscamingue - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

Chers touristes, certains établissements et activités sont de nouveau accessibles. Contactez l’entreprise avant de vous y rendre afin de bien préparer votre visite. Pour plus d’infos sur le COVID-19, c’est par ici : Quebec.ca/coronavirus. Vous êtes membre de l’industrie? Visitez la section spéciale de l’AITQ.

Partager

La course aux festivals en Abitibi-Témiscamingue

Par

Discuter avec Jocelyne Saucier de son nouveau livre Il pleuvait des oiseaux avant qu’elle remporte le Prix des cinq continents, entendre la pluie tomber à l’extérieur pendant que seul à la guitare, Vincent Vallière interprète On va s’aimer encore, me laisser emporter par la folie de Rachid Badouri et ovationner Philippe Falardeau avant que son film Monsieur Lazhar ne se rende aux oscars …avoir rêvé ma saison de festivals (qui s’étire de mai à octobre), je n’aurais pu imaginer autant de moments de grâce. Tout ça chez moi, en Abitibi-Témiscamingue.

La saison a débuté à Ville-Marie, au 35e Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue (26 au 29 mai). C’est là que Lise Dion, Jean-François Lépine, Christine Michaud, Albert Millaire et Patrick Sénécal m’avaient donné rendez-vous. Le nom de Jocelyne Saucier était sur toutes les lèvres. Je suis repartie avec ma copie de son livre Il pleuvait des oiseaux. Je me suis aussi procuré Ru et j’ai découvert Kim Thûy.

Le 7e Festival des guitares du monde en Abitibi-Témiscamingue (27 mai au 4 juin) m’a permis de partager un beau moment avec ma mère au spectacle de Laurence Jalbert. J’y ai fait la découverte de Marianne Aya Omac et y ai rencontré l’émouvante Élisapie Isaac. J’ai aussi été charmée par Vincent Vallière en concert intime. Les mélomanes se sont probablement délectés de Jose Feliciano, Tim Reynolds, Don Mclean et Matt Anderson.

Rachid Badouri - Festival d'humour AT 2011

Photo : Christian Paquin

À Val-d’Or, au 14e Festival d’humour de l’Abitibi-Témiscamingue (5 au 10 juillet), nous avions droit à un beau condensé de ce qui se fait en humour au Québec avec, entre autres, le spectacle des finissants de l’École nationale de l’humour, un match d’improvisation de la LNI et les soirées de gala qui mettaient en vedette Ben et Jarrod, Laurent Paquin, Rachid Badouri et Mario Jean.

À Amos, lors du 5e H2O le Festival (13 au 17 juillet), j’ai eu un plaisir fou à participer à la compétition de bateau dragon avec mes collègues. Nous n’étions pas très haut au classement, mais oh combien fier d’améliorer notre temps à chaque course! Le maire Ulrick Chérubin nous attendait au fil d’arrivée. L’organisation était « top ».

Au 8e Festival du DocuMenteur en l’Abitibi-Témiscamingue (19 au 23 juillet), j’en ai vu de toutes les couleurs. J’ai assisté à la projection de Total Crap 6, un hommage aux désastres télévisuels et cinématographiques. J’ai aussi été jetée par terre par la performance des Wonder-Trois-Quatre, un groupe qui allie improvisation et composition musicale. Je me suis laissé prendre au jeu des faux documentaires de la programmation officielle. Je me suis même surprise à craindre les Trolls et à espérer du cinéma odorant.

DocuMenteur 2011

J’ai participé plusieurs fois à la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien (10e Foire, 12 au 14 août) pourtant chaque année, j’y fais des découvertes : les gelées des bois de Vers Forêt, les brochettes de bison mariné de la Ferme La Rose des vents, la fondue des Chocolats Martine, la bière artisanale du Trèfle Noir, la tarte aux pommes et Cru du Clocher de la fromagerie Fromage  au Village, le wapiti whisky à l’érable du Domaine chasse de Rêve, un fromage de chèvre, miel et pommette de la Fromagerie Chèvrerie Dion, les tisanes de Boreal Forest Teas…

CYCLOPES 2011

Les performances improvisées sont maintenant monnaie courante au Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (9eFestival, 1er au 4 septembre). Autant d’occasions de prendre part à un moment unique. Après Random Recipe Chez Morasse en 2009, Karkwa à l’Écart.. . Lieu d’art actuel en 2010, nous avons eu droit cette année à un Patrick Watson seul au piano au pied de la fonderie Horne sous un ciel magnifique. Tous ceux qui y ont pris part savent qu’ils ont partagé un moment inoubliable. La «Great Escape» dont ils vont parler pendant des années. Tout ça en marge d’une programmation qui offrait déjà Jimmy Hunt, Philippe B, Dany Placard, So Called, Malajube, Galaxie, Plaster, Marie-Jo Thério…

Ma saison s’est clôturée au 30e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (29 octobre au 3 novembre). J’ai assisté à l’enregistrement de l’émission Bouillant de culture animée par Patrick Masbourian qui se faisait en direct de l’Abstracto à Rouyn-Noranda. J’ai été émue de voir les députés de la région faire fi de leurs allégeances politiques et s’unir pour remettre la médaille de l’Assemblée nationale à Jacques Matte, Guy Parent et Louis Dallaire. Que dire de la programmation? Probablement qu’elle était à la hauteur des 30 ans d’expérience accumulée par les trois fondateurs. Ce fut un bonheur d’entendre, de croiser et d’échanger avec des invités aussi prestigieux que Bernard Derome, André Melançon, Richard Desjardins, Gilbert Sicotte, Philippe Falardeau…

Philippe Falardeau et Danielle Proulx FCIAT 2011 – Crédit : Zone Image Photo Michel Fortin

En somme, j’ai été bien occupée dans les dernières semaines, mais ce n’est rien, je ne couvre que six mois et encore, j’ai manqué le Festival des contes et légendes en Abitibi-Témiscamingue, le Tour de l’Abitibi,  Tour de la relève Desjardins, le Festival de la Relève Indépendante Musicale en Abitibi-Témiscamingue et Osisko en lumière auxquels je me promets de participer dans la prochaine année.

En terminant, je veux remercier les gens qui, de n’importe quelle façon, s’impliquent dans l’organisation de ces événements. Ainsi, ils nous ont donné accès à la culture, une qualité de vie, un sentiment d’appartenance. Ils nous démontrent qu’il est possible de réaliser de beaux projets. Ces événements à notre image, authentiques et chaleureux, suscitent la curiosité ailleurs. Le dynamisme des gens impliqués dans notre milieu a fait parler de la région autrement que pour ses hivers arides, ses immenses mouches noires  et ses sites miniers abandonnés. C’est en partie grâce à cela que je suis revenue dans la région après des études à l’extérieur et qui fait surtout que j’ai envie de rester. Je me dis que je ne dois pas être la seule. C’est sûrement un peu pour cela que de moins en moins de gens quittent la région. Merci!

3 commentaires

  1. Mélissa Drainville dit :

    Les portes de la Salle Félix-Leclerc sont grandement ouvertes pour t’accueillir au FRIMAT 2012. IL ne faudrait pas oublier non plus le Festival de musique Classique, le Festival d’été Wesdome et le Festival Harricana qui ont débuté depuis peu..

  2. Anma dit :

    Merci Mélissa!!! Je me promet d’aller plus souvent à Val-d’Or en 2012.

  3. Philippe Doherty dit :

    Je seconde ma consoeur organisatrice d’événements valdoriens: Hugo, tu es le bienvenu quand tu veux au Festival d’été Wesdome! Je t’encourage fortement à réserver PLUSIEURS fin de semaine pour les événements valdoriens: il y a tellement de diversité et de choses à découvrir ici, que toi et ta charmante conjointe voudrez inévitablement envisager de vous installer à Val-d’Or!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×