La chasse - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Fermer le message / Close message

En raison de la COVID-19, plusieurs événements et attraits figurant sur notre site web peuvent être annulés ou fermés. Par mesure préventive, les centres Infotouriste et le centre d’appels sont aussi fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour plus d’info sur la COVID-19, consultez le site Quebec.ca/coronavirus.

Partager

La chasse

Par

Il est difficile d’imaginer, pour nous Témiscabitibiens, la vie sans la chasse à l’orignal. Ce rituel annuel est ancré dans nos moeurs depuis des générations et pour preuve, il est inutile d’organiser une réunion pendant cette période… peu de participants se présenteront ou pire, vous vous ferez regarder avec de gros yeux! Pour les gens de la place, il s’agit d’un moment privilégié et la terre arrête littéralement de tourner pour ne vivre qu’au
rythme de la chasse. C’est magnifique!

Un matin d'automne

Photo: Mathieu Dupuis

Mon expérience personnelle comme chasseuse est bien mince. Pourtant, je ne manquerais pas, pour tout l’or de l’Abitibi-Témiscamingue, le départ des guerriers. Le rendez-vous se donne à la brasserie du coin. Dès qu’on y met les pieds, on est aspiré dans cet univers parallèle où la veste orange et les pantalons Camo sont de rigueur. Chaque table représente un « camp », le camp du pont, le camp des vieilles sacoches, le camp du gras dodu, etc. On se relance de table en table en se racontant les histoires des chasses passées (qu’on a entendu toute l’année, mais bon!) et bien sûr, en s’asticotant un peu… beaucoup!

J’ai bien écrit guerrier un peu plus haut et non barbare. La chasse à l’orignal requiert de la stratégie et de la finesse. Le plan de match doit être établi à l’avance pour conquérir le roi de la forêt. C’est une chasse
qui demande de la discipline et beaucoup de patience contrairement à ce que plusieurs pourraient penser.

Les couleurs en automne

Photo: Mathieu Dupuis

Il faut être aveugle et /ou sourd pour ne pas se rendre compte que la chasse est à nos portes. Les publicités diffusées utilisent le thème de la chasse, les épiceries remplissent les tablettes en fonctions des besoins des chasseurs et les magasins habillent leurs vitrines.

Cela étant dit, nos chasseurs nous quittent après le déjeuner pour s’aventurer dans une lointaine contrée par les chemins de bois, communément appelé chemin de pénétration. Au volant de leurs camions, les chasseurs partent chasser. Les sourires sur les visages en disent long… Là s’arrête ma connaissance de la chasse, après le déjeuner à la brasserie. Il semble que ce qui se passe au camp reste au camp!

Une auberge en forêt

Photo: Hugo Lacroix

Cette passion qui anime le milieu est la raison même qui fait que la région de l’Abitibi-Témiscamingue est une destination prisée pour la chasse et j’inclus ici la pêche qui connait le même engouement. Cette passion qu’on retrouve autour de la table de la brasserie est contagieuse. Les pourvoyeurs de la région se sont donnés comme mission de la communiquer. C’est parce que la chasse représente ce que nous sommes et parce qu’il est facile d’en parler, d’en faire la promotion et que les clients se déplacent des quatre coins de monde pour venir la pratiquer ici en pourvoirie. L’authenticité de la destination, c’est ça!

ON AIME LA CHASSE EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×