Choco mango et sourire contagieux - Tourisme Abitibi-Témiscamingue
Partager

Choco mango et sourire contagieux

Par

Cinq minutes. C’est à peu près le temps qu’il m’a fallu pour tomber sous le charme d’Olga Coronado-Mijangos. 
Originaire du Guatemala, la chocolatière est de celles qu’on veut tout de suite comme amie. Et pas seulement parce qu’elle concocte de délicieux sorbets à la mangue, des gâteaux aussi beaux que bons et des chocolats aux fruits de la passion et curry à se rouler par terre! Aussi parce qu’on la sent parfaitement à sa place, tant géographiquement que professionnellement.

Olga

Olga Coronado-Mijangos, une Abitibienne de cœur

Olga, c’est une gourmande qui vit de sa passion et veille à ce que l’étincelle qu’on voit tout de suite dans son œil ne vacille jamais. Quelques minutes suffisent pour « ressentir » les 20 ans qui ont fait d’elle une Abitibienne de cœur.

L’histoire commence un peu comme le film « La Grande séduction », alors que l’hôpital de Val-d’Or courtise son médecin de mari. Le 26 octobre 1995, le couple et ses trois enfants de 15, 13 et 8 ans viennent passer quelques jours « pour voir ». Le choc!

« Tout le monde se stationnait comme des cow-boys, il y avait déjà des décorations de Noël et il a neigé le lendemain de notre arrivée… » L’horreur, quoi. Jusqu’à ce qu’on leur joue le grand jeu pour leur faire voir les bons côtés du coin… Une visite V.I.P., en plein week-end, lui permet de voir les écoles et de découvrir les bons côtés de la ville.

« Nous avions convenu que nous repartirions à Montréal… »

Deux ans après, toute la famille est installée en Abitibi-Témiscamingue. Olga suit une foule de formations en chocolaterie et ouvre Choco-mango, dont la réputation dépasse aujourd’hui largement les frontières régionales.

Vingt ans après cette visite qui a tout changé, Olga et son mari vivent toujours à Val-d-Or. Deux de leurs enfants sont même revenus dans la région après leurs études. « Nous avions convenu que nous repartirions à Montréal quand les enfants seraient grands, confie-t-elle, mais nous avons choisi de rester. »

Un bel exemple d’immigration réussi, mais surtout une belle histoire d’amour entre une famille et un coin de pays qui n’attire pas d’emblée la sympathie à cause de l’éloignement, des hivers rigoureux et… des moustiques.

Fière de ses créations, elle me présente son nouveau labo, où elle élabore ses petits bijoux. Une de ses grandes fiertés? Sa collection Complices des vins, créée avec un sommelier. Ses sept tablettes de chocolat ont été imaginées pour s’accorder à des vins représentés par des pastilles de goût, un peu à l’image de celles de la SAQ. Le projet a reçu le prix Innovation en alimentation en 2014.

Ce soir-là, je suis repartie avec des gâteaux, une boîte de chocolats, et le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Merci pour ta générosité, Olga, mais aussi pour ta passion et ton authenticité!

 

Marie-Julie Gagnon, blogueuse voyage.

Lisez-moi! www.taxibrousse.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×